Adulte

https://improvisations.fr/wp-content/uploads/20201005adulte.mp3?_=1

L’enfant n’est pas celui qui demande un bonbon, un baiser ou quelque chose de ce genre là. L’enfant est celui qui demande aux autres – aux gens, comme il le dit souvent – de faire ce que lui-même pourrait faire mais qu’il ne fait pas parce qu’il pense que, venant de lui, ça n’a pas de poids. L’enfant est celui qui se sent irresponsable et qui attend des autres, des grands, qu’ils fassent avancer les choses dans la bonne direction.

On pourrait croire que si l’enfant agit ainsi, se pense ainsi, c’est par humilité : et c’est effectivement le cas des vrais enfants qui se sentent à juste titre tout petits et impuissants dans le monde des adultes.

Puis quand on devient grand, on apprend que le monde ne dépend pas de forces supérieures mais qu’il est ce que nous en faisons. Et l’adulte est celui qui accepte, endosse, assume cet orgueil là, cette responsabilité : ne plus se considérer comme impuissant et balloté par les choses  mais comme un acteur non seulement de son propre destin mais aussi et surtout du destin commun.

Et ce qui peut paraître prétention et vanité – et qui l’est effectivement en partie – est aussi, considéré d’un autre point de vue, le contraire : je n’attends plus égocentriquement du monde qu’il soit à ma disposition et réponde à mes désirs ; je le construis. Je n’attends plus des autres, comme le disait Simone Weil, qu’ils reconnaissent mes droits ; je remplis mes devoirs.

 

6 réflexions au sujet de « Adulte »

  1. emotionsdefemme – Narbonne - France – J'ai eu un parcours professionnel atypique. Architecte urbaniste, restauratrice puis cadre commerciale, j'ai été frappée par une maladie neurologique fin 2013 qui m'empèche de dormir. J'ai profité de ces nuits blanches pour recommencer à dessiner et à écrire des poèmes qui traduisent mes « Emotions de femme. »
    emotionsdefemme dit :

    Il me semble qu’il y a de moins en moins d’adultes tels que tu les décris, ayant le sens de leurs responsabilités et devoirs …
    Amitiés Aldor.

    1. Aldor – Paris, France – Un Parisien qui blogue, Un deuxième improvise, Un troisième se promène, Un quatrième montre des images, Un cinquième écrit. Ce sont pourtant les mêmes : https://improvisations.fr, https://aldoror.fr, https://promenades.improvisations.fr, https://images.improvisations.fr, https://lignes.improvisations.fr, https://notes.improvisations.fr
      Aldor dit :

      Je ne sais pas, Catherine. Je ne suis pas sûr. Mpo je n’en suis pas un, c’est certain. Mais j’essaie (quand je n’oublie pas…).

  2. Bruant d'Almeval – J’ai vu le jour et passé ma jeunesse dans un pays d’eau, de forêts, de landes incultes. Un pays de légendes… Dans mon village, tout semblait hors d’âge, immobile. Que faire, sinon dessiner, lire, courir après les nuages et les ombres pour y accrocher mes rêves ? Poe, Gautier, Apollinaire, Sand m’ont tenu lieu de compagnons dans ces solitudes. Ils ont attisé en moi l’envie de mettre en images et en mots les visions qui m’habitaient. Pour survivre à l’inertie, pour ne pas vieillir comme tout ce qui m’entourait. Lorsque j’ai quitté ce Pays pour suivre des études artistiques, j’ai emporté une inépuisable provision de sensations, d’images et d’histoires. Les jeux étaient faits ! La graine d’écriture était semée. J’ai embrassé la carrière de graphiste et d’illustrateur, puis de peintre. Mais l'écriture est de toutes les créations, de la poésie au roman.
    Bruant d'Almeval dit :

    Je suis amplement d’accord avec le commentaire de emotionsdefemme ! J’irai plus loin : l’adulte est celui qui renie tout. Celui qui ne sait plus constater la merveille, qui a installé entre son monde et celui des rêves une infranchissable barrière. Mon avis : nous ferions bien de nous référer bien plus souvent à l’avis de nos petits (à l’instar de cette jeune fille courageuse allant affronter des parlementaires européens goguenards et méprisants !). Il est largement temps d’arrêter de penser que vieillesse = sagesse. Vous vous prenez trop au sérieux, Monsieur l’adulte : nous ne gouvernons rien ni n’inclinons en rien dans la marche du monde. La Terre est sa propre reine, quoiqu’on en dise. Et les lois de la Nature auront bien raison de notre misérable espèce, tôt ou tard !

    1. Aldor – Paris, France – Un Parisien qui blogue, Un deuxième improvise, Un troisième se promène, Un quatrième montre des images, Un cinquième écrit. Ce sont pourtant les mêmes : https://improvisations.fr, https://aldoror.fr, https://promenades.improvisations.fr, https://images.improvisations.fr, https://lignes.improvisations.fr, https://notes.improvisations.fr
      Aldor dit :

      Il est bizarre, votre commentaire., accolé à ce post.

      La définition que je donnais de l’adulte n’a pas grand-chose a voir avec les questions d’acceptation des rêves ou la sagesse.

      Er typiquement, dans l’acception que j’en donnais, Greta Thunberg est une adulte en ceci quelle considere qu’elle a un rôle a jouer dans le monde et qu’elle l’assume sans se réfugier dans je ne sais quelle sentiment confortable d’impuissance.

    2. Aldor – Paris, France – Un Parisien qui blogue, Un deuxième improvise, Un troisième se promène, Un quatrième montre des images, Un cinquième écrit. Ce sont pourtant les mêmes : https://improvisations.fr, https://aldoror.fr, https://promenades.improvisations.fr, https://images.improvisations.fr, https://lignes.improvisations.fr, https://notes.improvisations.fr
      Aldor dit :

      Quant à la misérable espèce, je ne partage las votre point de vue. Nous avons plein de défauts et plus que ça encore mais nous avons aussi d’immenses qualités et richesses et il serait dommage que nous disparissions, comme il est dommage que d’autres espèces disparaissent.

  3. Bruant d'Almeval – J’ai vu le jour et passé ma jeunesse dans un pays d’eau, de forêts, de landes incultes. Un pays de légendes… Dans mon village, tout semblait hors d’âge, immobile. Que faire, sinon dessiner, lire, courir après les nuages et les ombres pour y accrocher mes rêves ? Poe, Gautier, Apollinaire, Sand m’ont tenu lieu de compagnons dans ces solitudes. Ils ont attisé en moi l’envie de mettre en images et en mots les visions qui m’habitaient. Pour survivre à l’inertie, pour ne pas vieillir comme tout ce qui m’entourait. Lorsque j’ai quitté ce Pays pour suivre des études artistiques, j’ai emporté une inépuisable provision de sensations, d’images et d’histoires. Les jeux étaient faits ! La graine d’écriture était semée. J’ai embrassé la carrière de graphiste et d’illustrateur, puis de peintre. Mais l'écriture est de toutes les créations, de la poésie au roman.
    Bruant d'Almeval dit :

    La plupart des humains se considèrent comme étant d’une espèce supérieure à toutes les autres – plus ou moins consciemment, je l’admets ! – vous ne pouvez pas l’ignorer ! De ce fait, par l’emploi de l’adjectif « misérable », j’entendais ramener notre espèce au niveau auquel nous considérons se situer les autres. Je partage votre avis : il est des êtres humains formidables, et en rien je ne souhaite du mal à notre espèce. Vous aurez également interprété mes propos sans les nuances… Quoiqu’il en soit, merci de vos différentes réponses !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.