Improvisations

Foin des préparations et des textes pensés ! Voici des mots cueillis aux lèvres.

La queue du chat

J’héberge actuellement deux chats. Et celui des deux que je connais le mieux vient chaque matin me réveiller d’une façon ou d’une autre.

A chaque fois nouvelle, ce réveil impromptu et forcé me fâche. Je le dispute, alors, pour employer cette forme transitive apprise il n’y a pas si longtemps. Mais dès que, ayant allumé la lumière car il fait sombre encore, je vois ce petit animal qui me regarde de sa tête penchée, agitant nonchalamment sa queue et ouvrant de grands yeux, toute facherie disparaît.

Cette queue allant d’un côté à l’autre sans raison particulière, cette petite vie qui se ballade, bouge et lisse ses moustaches et vient me réveiller d’un tapotement de patte ou d’une chute d’objet, tout cela est émouvant.

Pourquoi vient-il me réveiller le matin ? C’est parfois par intérêt : il a besoin de quelque chose que je puis seul lui donner. Mais le plus souvent, ça n’est pas le cas et c’est donc, me semble-t-il, sans raison particulière : il n’a nul besoin de moi, mais s’est lui-même réveillé et vient me réveiller pour le plaisir d’être avec moi, de partager le jour qui commence. Il peut bien, ensuite, au cours de la journée, afficher son indifférence et ses airs détachés ; il aime, au petit matin, sentir que je suis là et que je suis vivant, comme lui.

Que de différences entre nous ! Elle sont légion et immenses ! Mais quand, au petit matin, nous sortons l’un et l’autre de la nuit, du sommeil et de l’absence à nous-même et aux autres dans lequel celui-ci nous a plongés, nous aimons nous retrouver, nous reconnaître, nous cotoyer, et partager ensemble le début du jour. Aussi différents soyons nous l’un de l’autre, nous sommes un dans le vaste monde, et c’est ce que nous nous confions, avec reconnaissance, au point de l’aube.

Tel est l’objet de cet enregistrement.

Next Post

Previous Post

6 Comments

  1. malyloup 13 avril 2017

    c’est bien *ça* qui me fait aimer les chats même si je les dispute souvent!…..hihihi
    le ‘ça’, c’est leur liberté, leur indifférence affichée mais non réelle, leur culot, leur mystère, leur timidité, leur méfiance et leur confiance……leur audace de vie…..ils ont toujours été et sont encore mes *maîtres* de Vie

  2. emotionsdefemme 14 avril 2017

    Comme c’est joliment exprimé … Poétique et sensible !

  3. Joëlle 26 avril 2017

    « ce petit animal qui me regarde de sa tête penchée, agitant nonchalamment sa queue et ouvrant de grands yeux »… C’est le portrait exact du Chat Botté du dessin animé Shrek! Notre fils a une chatte, qui m’a très vite adoptée. Chez nous, le matin elle aime se lover sur mes genoux pendant que, la première debout, je prends mon petit-déjeuner. Les animaux sont de formidables compagnons, même ceux que l’on n’a pas domestiqués: j’aime observer le couple de pigeons qui vient pique-niquer, matinal lui aussi, dans notre jardin avant de se percher dans le noyer pour y échanger des marques d’affection…

Laisser un commentaire

© 2017 Improvisations

Theme by Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :