Playtime

https://improvisations.fr/wp-content/uploads/20191025playtime.mp3?_=1

Mon entreprise, comme beaucoup d’autres, a installé dans la plupart de ses locaux ces nouveaux  robinets, dépourvus de robinet et munis d’une cellule qui déclenche la coulée d’eau quand de la chaleur ou du mouvement est détecté. Parfois cela fonctionne et c’est très bien ; souvent ça ne fonctionne pas, et l’on se retrouve à agiter les mains, qui peuvent être sales ou pleines de savon, devant ce robinet rétif incapable de rendre le service simple qu’on lui demande.

Il peut également arriver que des détecteurs de présence ou de mouvement soient installés dans les toilettes, et pour peu qu’on soit resté quelques instants immobile – ce qui peut après tout arriver -, la lumière s’éteint, plongeant la pièce dans le noir. Et il faut alors danser la sarabande pour qu’elle se rallume, ce à quoi la situation ne se prête pas toujours.

On peste alors contre ces technologies, inspirées par les meilleurs intentions du monde : économiser l’eau et l’énergie, qui sont si aimables lorsqu’elles fonctionnent mais dont le déraillement nous rend si faibles, si ridicules, si pitoyables.

Et pensant ce matin à cela, je repensais à Playtime, ce film maintenant vieux de Jacques Tati qui raconte cela.

Pas de leçon,  pas de morale à en tirer : le simple constat du décalage qui bée parfois entre l’intention et l’effet, et l’illustration de la capacité des technologies qui veulent nous aider à nous laisser au contraire plus que jamais nus et désemparés face au monde.

 

 

3 réflexions au sujet de « Playtime »

  1. emotionsdefemme – Narbonne - France – J'ai eu un parcours professionnel atypique. Architecte urbaniste, restauratrice puis cadre commerciale, j'ai été frappée par une maladie neurologique fin 2013 qui m'empèche de dormir. J'ai profité de ces nuits blanches pour recommencer à dessiner et à écrire des poèmes qui traduisent mes « Emotions de femme. »
    emotionsdefemme dit :

    Ha ha ha, tu m’as bien fait rire, car cela a dû arriver à tout le monde, d’être assis sur des toilettes et de se retrouver dans le noir. Presque bi, pas tout à fait, et désemparé Amitiés Aldor.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.