Perseverare diabolicum

Ce n’est pas dans l’erreur qu’est le diable ; l’erreur est seulement humaine. Le diable accourt à cet instant précis où, quelqu’un nous offrant la possibilité de reconnaître cette erreur, nous ne saisissons pas cette chance et à l’aveu, préférons le déni. C’est là, dans cette persévérance, qu’est l’endurcissement et la faute véritable contre l’esprit.