Improvisations

Foin des préparations et des textes pensés ! Voici des mots cueillis aux lèvres.

Mon enfant, ma soeur (un rêve)

J’ai rêvé, cette nuit (à deux reprises, d’ailleurs), et la fin de mon premier rêve m’a réveillé. Il était étrange et poétique, comme on peut l’entendre, et, voulant en garder le souvenir, j’ai veillé quelque peu pour pouvoir l‘écrire sur un carnet. C’était le milieu de la nuit et le Panthéon était alors la seule lumière dans la ville plongée dans le halo orangé que lui tressent les réverbères.

Mon rêve avait pour cadre un grand lycée parisien – cela rappelait vaguement Janson – dans lequel je venais d’être nommé professeur. Et il me fallait, pour être adoubé par mes pairs, me plier à une épreuve dont j’avais le choix.

J’avais choisi de chanter. De chanter a capella le poème de Baudelaire (dont le nom me revient maintenant : L’embarquement pour Cythère) tel que mis en musique par Léo Ferré (à moins que ce ne soit par mon frère, qui chante très bien et a une très belle voix – je n’ai jamais très bien su qui était l’auteur de la mélodie).

La fin du rêve avait pour cadre la grande cour du lycée ; c’était plutôt dans les couloirs d’un ferry traversant la Manche que le début se déroulait. Il y avait un faux départ car ma voix, au premier essai, se brisait contre le col de mon anorak (ou peut-être le haut du sac poubelle noir dont j’étais, comme les autres, revêtu) puis je me lançais et y arrivais. Mon interprétation n’était pas belle, il y avait des trous et des mots que je remplaçais, ma mémoire en ayant perdu la trace ; mais au bout du compte, j’y arrivais quand même et j’étais profondément heureux d’avoir osé le faire. Et tous semblaient partager ce sentiment, m’acclamant à la fin, pour avoir su me lancer.

Chacun voulant me dire un mot ou me toucher [!!], je m’esquivais de ce qui commençait à ressembler à une bagarre générale [re : !!!].

 PS : Katia me signale que ce poème n’est pas L’embarquement pour Cythère mais L’invitation au voyage.

Merci à l’aimée.

Next Post

Previous Post

4 Comments

  1. Frog 25 mars 2017

    C’est un rêve qui mérite qu’on se lève au milieu de la nuit ! Grâce à vous, je suis allée réécouter mon Léo Ferré chante Baudelaire. Merci !

  2. emotionsdefemme 25 mars 2017

    Nouveau poste, épreuve, angoisse (sac poubelle noir) et finalement réussite, acclamations … Intéressant, peut être avez-vous transposé dans ce rêve une situation vécue …

    • Aldor 25 mars 2017

      Probablement, Catherine. Et je garde le bon souvenir de cette sorte d’initiation…

Laisser un commentaire

© 2017 Improvisations

Theme by Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :