Mine de circonstance

Written by Aldor

Traversant hier sous les nuages le pont Alexandre III, superbes ors défiant le gris du ciel, je songeais à un autre contraste : celui opposant mes histoires de moulin à café, racontées le matin même, aux nouvelles du monde, notamment les attentats de Londres et ce qu’ils révélaient du triste état du monde.

Longtemps, me disais-je aussi, j’avais considéré qu’il fallait, dans un tel contexte, afficher une mine de circonstance, écrire des mots de circonstance, emprunter un esprit et un ton de circonstance, comme on le voit faire à ces employés des pompes funèbres – auxquels je ne jette pas la pierre – à qui l’on paraît demander d’être, par dessus tout, convenables, convenants, compassés.

Et puis j’ai abandonné, il n’y a pas si longtemps, cette façon de penser et d’agir. Je ne crois pas qu’il soit utile ni qu’il soit bon d’ajouter de la tristesse à la tristesse, du malheur au malheur, de la noirceur à l’obscurité. Je crois au contraire qu’il faut qu’en toutes circonstances, la joie et le bonheur demeurent, et qu’ils rayonnent s’ils existent. La découverte d’Etty Hillesum a été un élément important dans cette prise de conscience, un tournant dans ma façon de considérer les choses et une source d’inspiration.

Ajouter du noir à la nuit ne sert à rien. Peut-être est-ce aller trop loin que de dire, un peu rhétoriquement comme je crois le faire dans mon enregistrement, qu’agir ainsi serait donner la victoire à la nuit. C’est une formule facile et qui ne signifie pas grand chose. Ce que je crois en revanche, c’est que la mise en conformité, le souci trop marqué des convenances est un des visages de l’esprit de sérieux, que la joie et le bonheur sont du côté de la vie et que la vie étant plus fragile que la mort, c’est elle qui a besoin, en toutes circonstances, d’être respectée, protégée, aimée.

Comments: 2

    • Aldor says:

      Merci, Robot Girl.

Laisser un commentaire