Le discernement

https://improvisations.fr/wp-content/uploads/20190218discernement.mp3?_=1

Le discernement est cette faculté qui nous permet de – et nous incite à – dépasser les règles, ne pas les appliquer ou les appliquer de façon incomplète, parce qu’à ce moment précis, sur cette question précise, les règles existantes sont trop générales et qu’il faut donc juger et agir au fond, en conscience.

Appliquer les règles est confortable : une consigne a été donnée ; il suffit de la suivre scrupuleusement pour être à l’abri de tout reproche. Un comportement est prescrit par la règle, un autre est interdit et la frontière entre les deux est clairement tracée : on est soit dans la loi, soit hors la loi et nul ne pourra redire quoi que ce soit à un comportement respectueux de la règle : on a fait ce qui était demandé, ce qui était prescrit ; on n’a fait qu’appliquer la loi.

Le discernement, c’est une autre paire de manches. On ne dispose plus, ici, de l’armure de la loi pour nous encadrer et nous conduire, et c’est directement sur nos épaules que pèse le fardeau de la liberté – et donc la possibilité d’une erreur. Car qui prétend agir avec discernement peut en avoir mais également en manquer ; il peut juger bien mais aussi juger mal et c’est au risque de juger mal qu’il s’expose quand il renonce à la protection de la règle.

Pour les choses banales et sans importance, la règle peut suffire et c’est ordinairement ce qu’elle fait. On peut, sans trop de difficultés, concevoir des lois, des codes, des algorithmes répondant à plein de situations. Mais pour les choix les plus importants, les décisions les plus difficiles, dès lors que l’essentiel est en jeu, la règle ne suffit pas et le discernement devient nécessaire. Il faut abandonner le confort carré de la consigne pour plonger dans le magma et les rondeurs de l’interprétation et l’ipséité de la vie. Il faut abandonner le droit, les textes, la loi et les prophètes pour rendre vraiment la justice, tel Salomon ou Louis sous son chêne de Vincennes. Rendre justice, ce qui est tout à la fois infidélité apparente mais fidélité fondamentale à la loi.

C’est cela, agir avec discernement : bousculer la lettre pour suivre l’esprit.

Écrit par :

3 Comments

  1. 18 février 2019
    Reply

    Mais sur quoi repose le discernement ? Codes, expériences, intuitions, faits ? C’est juste une question que je me pose. L’intuition seule offre un cadre trop volatil et subjectif.

  2. 18 février 2019
    Reply

    Le discernement c’est pour celui qui adapte la loi en fonction de situations réalistes et pas subjectives. On peut reculer l’échéance de l’application d’une loi mais pas de l’outre passer. c’est la raison pour laquelle une loi est toujours suivie de textes d’applications. Très bon thème d’actualité. amitiés Aldor
    Charef

  3. 18 février 2019
    Reply

    Mais la loi et/ou la règle n’est-elle pas là pour être dépassée? Je veux dire, c’est un cadre, mais il reste encore un espace de liberté à celui ou celle qui est censé la respecter. C’est dans cet espace que repose le discernement je crois. Avez-vous une idée de comment on peut encourager le développement du discernement chez un enfant ? Si tant est que l’on puisse le faire.

Laisser un commentaire Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.