Improvisations

Foin des préparations et des textes pensés ! Voici des mots cueillis aux lèvres.

Un couple vêtu de rouge et des insectes qui grouillaient (un rêve)

Voici le récit d’un rêve que j’ai eu cette nuit et que j’ai voulu raconter et noter avant que son souvenir ne s’évanouisse. L’enregistrement est disponible. Je complèterai plus tard la description écrite car je dois partir.

C’était lors d’une promenade estivale en Île-de-France, probablement. Je passe devant un grand bâtiment, un grand et superbe corps de ferme, une grange peut-être : hauts murs, pierres bien ajustées, grande porte en bois allant jusqu’au toit et haute de quatre ou cinq mètres. Et a l’extrémité de ce bâtiment, une grille, une grille-portail ouvrant sur un parc arboré, magnifiquement tenu, dans lequel marche, main dans la main, sous le soleil, un couple élégant vêtu de voiles rouges…

Suite ajoutée plus tard :

Je reviens vers mon vélo pour y attraper mon smartphone afin de photographier ce bel endroit et cette belle scène. Une dame, qui semble être la propriétaire, me voit et me demande ce que je fais. Je lui explique tout simplement que j’ai trouvé l’endroit très beau et que je veux le photographier. Elle m’invite gentiment à la suivre derrière la grille et me montre le parc, qui est grand et paisible. Elle me raccompagne ensuite vers l’entrée et nous marchons sur de grands tapis qu’elle m’explique être faits de rubans d’écorce entrecroisés. S’ils sont restés souples et ne se cassent pas, c’est qu’ils ont été bien séchés, comme cela nous avait été expliqué dans le Beaufortain.

Je repasse la grille et bavarde quelques instants avec des invités, très élégants et distingués, qui se rendent au mariage.

Je reviens ensuite à mon vélo, d’où émane une odeur pestitentielle : mon sac, que j’avais accroché au guidon, est couvert d’insectes qui grouillent à sa surface et, très probablement, dans son intérieur. J’essaie de les chasser d’un coup de main mais n’arrive qu’à couvrir mon bras d’insectes, dont j’arrive à me débarrasser. Ils ont sûrement attaquer mon pique-nique et je n’ai d’autre solution que d’abandonner mon sac à ses hôtes dérangeants.

Next Post

Previous Post

Laisser un commentaire

© 2017 Improvisations

Theme by Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :