Le moulin à café

Written by Aldor

J’ai, il y a quelques jours, acheté un moulin à café manuel. Plus bobo que moi, tu meurs ! Il est moderne, japonais, et doté de lames en céramique.

Et depuis lors, chaque matin, je mouline et mouds mon café. Cela est long, cela est fatiguant, mais j’aime bien pourtant.

C’est que, outre l’odeur très agréable du café fraichement moulu ; outre le contentement – étrange,  à la réflexion mais bien réel – qu’on éprouve à instaurer et à suivre des routines ; outre le plaisir profond, que j’ai progressivement appris à faire mien, de ressentir les choses simples : le bruit des grains brisés, le mouvement de la manivelle ; il y a ce sentiment qu’on a – que j’ai du moins – qu’on apprécie plus les choses quand on a fait effort pour les obtenir, quand on y a mis de la peine et de l’huile de coude.

Je ne sais pas si c’est notre instinct de chasseur  ou notre culture judéo-chrétienne qui se révèle dans ce sentiment mais il est bien présent : mon café du matin est très certainement identique, en qualité objective, à celui que je buvais auparavant ; il a pourtant un autre goût, une saveur plus riche.

Tel est l’objet de cet enregistrement, réalisé tandis que le ciel, derrière le Panthéon, s’illumine de la promesse de l’aube.

 

Comments: 8

  1. Merci pour le parfum du café fraîchement moulu au réveil !

    • Aldor says:

      Merci, Marie- Christine.

  2. Pour des raisons de santé je suis obligée de faire pratiquement tout moi-même… et découvert l’incroyable satisfaction que cela apporte. Je suis ravie de savoir qu’il existe des moulins à café qui pourront remplacer un jour le vieil engin électrique dont je ne peux plus me passer!

    • Aldor says:

      Je le découvre avec plaisir chaque fois que je vous lis. Je n’ai pas votre courage mais partage votre avis. Bonne journée, Joëlle

  3. Frog says:

    Un plaisir au réveil ! Et quelle jolie photo ! Vous avez une sacrée vue. 🙂

    • Aldor says:

      Merci, Quyen. Oui, c’est une chance qui me ravit. Et quand je sais la faire partager, c’est mieux encore.

  4. Intéressante comparaison entre le plaisir de faire une chose soi-même et l’instinct de chasseur … J’aurai tendance à penser d’avantage à un instinct de vie, celui qui nous pousse à nous dépasser quand nous n’avons d’autre choix et qui procure ce genre de satisfaction …

    • Aldor says:

      Bonjour, Catherine. Par “instinct du chasseur”, j’entendais le plaisir qu’on a probablement (je ne chasse pas) à lutter pour conquérir. Mais vois avez raison : l’instinct de vie est aussi un puissant adjuvant…

Laisser un commentaire