http://improvisations.fr/wp-content/uploads/20170128droitsetdevoirs.mp3

Photographier


 

Sortant du bureau hier soir, alors qu’il n’était pas trop tard, je suis revenu à la maison à pied, traversant tout Paris et prenant, en chemin, quelques photographies.

Descendant les marches qui, depuis le pont Alexandre III, coulent vers la Seine, j’ai photographié les péniches, haut perchées sur le fleuve qui montait, à la lumière des réverbères.

Puis me retournant pour remonter les marches, j’ai aperçu un couple dont la presque silhouette se découpait sur un ciel qui, étrangement, dans le couchant, était bleu malgré la nuit tombée. Et lui aussi, je l’ai photographié.

 

J’ai continué mon chemin.

Il m’a conduit à Saint-Sulpice, dont l’éclairage nocturne, associé au reflet calme qui tombait dans la vasque de la fontaine des quatre évêques, faisait penser à ces églises de Pétra, sculptées dans un rocher couleur de miel. Ce fut une nouvelle photo.

La dernière du jour fut, au bout de la petite rue Servandoni, pour ce lampadaire jaillissant de la nuit et du sol et dont l’éclat, grand pourtant et presque éblouissant, ne suffisait pas, sur la cellule photographique de mon téléphone, à figer le pas des passants qui devenaient ainsi fantômes. On dirait du Brassaï, me suis-je dit, prétentieux.

Et tandis que je passais d’un endroit à un autre, m’arrêtant ça et là pour fixer des images, je me demandais pourquoi je le faisais, pourquoi, chaque jour, des millions ou des milliards de photographies étaient ainsi réalisées, pas seulement dans le but de garder un souvenir, pas seulement non plus dans celui de montrer qu’on y était, mais pour quelque chose de plus profond et de plus essentiel.

Photographier la beauté du monde, cela n’ajoute rien à la beauté du monde. La beauté du monde existe sans conscience et n’a nul besoin d’être soulignée, remarquée, honorée, pour être.

Et pourtant, je crois profondément que le monde est plus riche de la conscience qui y vit et qui peut lui rendre hommage. Sans conscience pour l’admirer, le monde continuera à être magnifique car il n’a nul besoin de nous pour être mais quelque chose d’essentiel sera pourtant et à jamais perdu, la conscience de cette beauté, et la possibilité de lui rendre hommage.

Photographier le monde et sa beauté, ces instants innombrables où rien ne ne se passe et où pourtant le miracle quotidien advient, c’est rendre hommage, maladroitement peut-être – mais qui sait ? –  à la beauté du monde. C’est lui sourire et lui rendre grâce. Avec le sentiment, peut-être, qu’à ne pas le faire, on manquerait de gratitude.

Il y a certainement d’autres choses. Il y a certainement aussi, dans l’avidité qui nous prend parfois de tout photographier, cette brusque conscience du caractère éphémère des choses et de nous-mêmes, prise de conscience qui nous pousse, comme Dom Juan, à vouloir tout saisir. Parce que demain nous serons mort, que cette belle femme sera morte, et que le moment improbable de la rencontre de nos yeux avec ce spectacle sera à jamais passé.

Mais de cela, peut-être parlerai-je une autre fois.

14 réflexions au sujet de « Photographier »

  1. J’en tente une qui s’arrêtera au milieu du gué : photographier, comme dessiner ou écrire, est une nécessité peu répressible à créer. Pourquoi cette nécessité à créer ? Là est le milieu du gué. Merci pour les photos et la réflexion, Aldor.

    1. Je comprends, Gilles, mais ne mets pas tout à fait dans le même sac écriture et dessin d’un côté, photographie de l’autre.

      La photographie peut être artistique, auquel cas elle rejoint la première catégorie ; mais le plus souvent, elle ne l’est pas : elle ne fait que fixer, la beauté d’une scène, sans rien y ajouter : ni perspective particulière, ni sens, ni quoi que ce soit de ce genre.

      Et pourtant, on aime photographier ainsi les choses et quand on ne le peut pas, on le trouve dommage, comme si on avait manqué à quelque chose, à un devoir, et qu’il y avait eu du gâchis de beauté. On l’a vu, pourtant, mais on aurait voulu en profiter plus encore et que d’autres en profitent.

      C’est cela que je trouve émouvant.

      1. Je pense que différents photographes ont différentes motivations et que c’est le récepteur qui, au final, donne le sens une oeuvre et non son créateur. À tout prendre, en tout cas, je te trouve fort bon photographe !!

          1. Pour répondre à Gilles, sur la question du pourquoi créer, je reprendrai l’argument de Bergson (avec lequel je suis entièrement d’accord): parce qu’il y a de la Joie à créer. Une joie profonde, entière et lumineuse.
            Et je ne distingue pas écriture, dessin, musique, photographie ou tarte aux pommes.Marquer un but, ou faire un enfant, ou bâtir un château de sable..
            Quel que soit ce que l’on crée, cela participe de créer le monde.
            Et procure de la Joie.
            Aldor, tes photos sont très belles, sincèrement. Et grace à toi, je découvre Brassaï que je ne connaissais pas.
            ¸¸.•*¨*• ☆ ☆•*¨*•.¸¸

  2. Ne serait-ce que pour nous offrir un peu de cette beauté du monde en partage. Vos photos (je ne sais plus si on se tutoie) sont magnifiques et chacune à sa façon, beauté du monde, beauté de l’image. Tressaillement intime, peut-être cela fait-il frémir la beauté qui nous habite, comme des petits éclats d’or qui s’agitent et font du bien, parce qu’elle est là, n’est-ce pas ? même si l’homme l’ignore souvent, cette beauté qu’une émotion secoue doucement ou puissamment, elle est là. Si je me fais plaisir en partageant mes photos, j’espère que le plaisir est de temps en temps autant partagé qu’avec les photos que vous nous offrez. Et Saint Sulpice en miroir, ça me parle tellement.

  3. Magnifique! Ces photos subliment la réalité, alors que j’ai souvent l’impression que les miennes la rétrécissent… Je voudrais garder la beauté du monde mais elle s’échappe…
    Merci, Aldor, pour ce billet, et aussi par avance pour les précédents que je n’ai pas encore eu le temps de lire. Le temps aussi m’échappe!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.