La voix

https://improvisations.fr/wp-content/uploads/20181114chandelier.mp3?_=1

La chanteuse australienne Sia a sorti, en 2014, une chanson, devenue rapidement un tube, Chandelier, dont le refrain (beaucoup plus que le clip) est une de ces quelques musiques qui me font me pâmer.

Ce ne sont pas les paroles. C’est la mélodie, et surtout la voix, à ces quelques moments où elle paraît atteindre ses limites, aller jusqu’au bout d’elle-même.

Il y a, dans l’émotion que cette voix provoque, une dimension évidemment charnelle. Ce cri primal éveille chez nous des souvenirs, des échos. Mais pas seulement. Ce qui poigne, dans cette voix, dans la voix de façon générale, c’est l’impression (peut-elle être complètement fausse ?) qu’elle donne de dévoiler l’être de l’être.

La voix met à nu. Elle vient du tréfonds de l’être et se projette au dehors, révélant dans un cri ou un chuchotement l’intimité et le secret. Elle donne à voir la profondeur des êtres.

C’est pourquoi il n’est rien de plus sacré que le chant : chant des baleines, chant des femmes et des hommes, chant de la nuit et des étoiles, qui sont une porte vers la vérité du monde, son souffle et son rythme premiers.

Écrit par :

7 Comments

  1. 14 novembre 2018
    Reply

    comme toi je suis conquise et emportée par cette voix ET cette musique car je ne connais pas le sens des paroles….ta réflexion me permet de ‘voir’ que les voix (ou les musiques) qui touchent en quelque sorte à leur paroxysme me transporte, m’exalte, me bouleverse……j’aime ressentir cette émotion, cette sensation que je retrouve devant des paysages ou des visages ou des ‘choses’ infiniment petites……..
    merci pour ce moment de plénitude, de bonheur……… 🙂

    • 18 novembre 2018
      Reply

      Oui, Maly. On ressent quelque chose, et comme.une énergie. Je le demande, cela étant, si nous la ressentons tous ou si certains y sont plus sensibles (ce que certains considèreront comme un atout et d’autres comme une faiblesse).

      Bonne journée dans tes beaux paysages.

  2. 14 novembre 2018
    Reply

    Son grain de voix est magnifique et me pâme également. Son écoute permet de s’évader loin très loin et en même temps me font voyager dans mon intérieur. Merci pour cette exploration de ta voix… belle journée.

    • 18 novembre 2018
      Reply

      Tu as raison, Catherine. On a l’impression d’aller loin et, concomitamment, d’aller au fond de soi. Comme une déchirure.

  3. […] pensais hier à cette chanson de Sia, Chandelier, dont je parlais l’autre jour et dont le refrain me plaisait tant. Je me disais qu’au plaisir premier de l’entendre […]

Laisser un commentaire Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.