Création perpétuelle

https://improvisations.fr/wp-content/uploads/20181117creation.mp3?_=1

Je pensais hier à cette chanson de Sia, Chandelier, dont je parlais l’autre jour et dont le refrain me plaisait tant. Je me disais qu’au plaisir premier de l’entendre s’ajoutait le plaisir second de découvrir une mélodie nouvelle, de voir jaillir dans le monde une beauté qui n’avait jusqu’alors pas été.

Arbre jaune du jardin du Luxembourg, ce matin

Le monde est rempli de merveilles, de la richesse des éléments chère à Katia. Et à ces merveilles données par la création – Oh ! le spectacle d’un ciel nocturne ! -, et qu’on ne finit pas de découvrir, s’ajoute le renouvellement incessant du monde : ces paysages qui se forment et évoluent, ces mers qui couvrent et découvrent, ces vagues sculptant l’air, l’eau et la roche, ces saisons colorant les feuilles et les forêts, ces arbres qui jaillissent du sol et frémissent au vent, ces animaux dont la régénération perpétuelle donne au monde sa voix, son mouvement et sa vie. Il y a les aurores et les crépuscules, les couleurs et les formes du ciel, le chant des merles et le feu d’artifice du vivant, ce flux continuel et ininterrompu d’êtres neufs venant au monde, parmi lesquels les humains. Oh ! ce renouvellement incroyable des visages, ce jaillissement extraordinaire et incessant de traits nouveaux, et l’harmonie de certains d’eux, qui nous laisse poignardés et pantois !

Alchimie

Et à cette création perpétuelle du monde, à cet immense et magnifique brassage, s’ajoutent les créations humaines : les œuvres nées de son imagination, de son esprit, de sa main, de sa voix, ces beautés nouvelles qui grâce à lui viennent au monde : toutes ces mélodies, tous ces mots, toutes ces peintures, toutes ces créations nées des femmes et des hommes et qui viennent embellir le monde.

Cette capacité de l’homme à créer de la beauté, à mettre au monde des œuvres qui l’embellissent est un don divin.

Quelle pitié que nous en mésusions ainsi pour salir, enlaidir, tuer. Quelle tristesse que nous ravagions ce que nous avions pouvoir d’embellir.

Écrit par :

13 Comments

  1. 17 novembre 2018
    Reply

    Et oui, l’ Homme a le pouvoir de faire le bien et de créer le beau, de l’ harmonie, mais aussi celui de faire le mal, d’ engendrer laideur et chaos.
    Doté, de pouvoirs divins…

    • 18 novembre 2018
      Reply

      Bonjour Glomerule,

      C’est malheureusement une banalité qui me choque et me re-choque chaque fois que, l’ayant oubliée, elle me re-saute à la figure.

        • 22 novembre 2018
          Reply

          Peut-être, Glomerule. Je me demande néanmoins si le cortex n’est pas aussi en cause dans ce que nous faisons de mal…

          • 22 novembre 2018

            Dans le cas de la préméditation , il y a réflexion. Absolument .

  2. 18 novembre 2018
    Reply

    Il faut enseigner aux enfants et se réapproprier l’émerveillement ! La beauté et le respect du vivant…

    • 22 novembre 2018
      Reply

      Oh oui, Dominique. Mais peut-on vraiment l’apprendre de quelqu’un d’autre ? Ou seulement de soi-même ?

      • 22 novembre 2018
        Reply

        Je me dis qu’apprendre c’est essayer de comprendre mais s’approprier c’est utiliser et tester par soi-même. Enseigner que c’est possible, montre une porte. Après, chacun l’ouvre ou pas. Donc, l’impulsion finale part de soi.

    • 20 novembre 2018
      Reply

      Ohhhhhhhhhhh ! Je ne connaissais pas ce texte, Célestine.

      Nous somme deux.

  3. 21 novembre 2018
    Reply

    Je n’en ai jamais douté, cher ami.
    ¸¸.•¨• ☆

    • 23 novembre 2018
      Reply

      Ah ? Vraiment ? L’essentiel est que tu n’en doutes plus.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.