Les sandales, les vélos et l’éminente dignité de l’homme

https://improvisations.fr/wp-content/uploads/20190803sandales.mp3?_=1

Paris au mois d’août est propice à la flânerie. Et revenant hier du bureau, je me suis plongé dans la beauté de la ville, le plaisir de regarder les gens qui déambulaient dans les rues, le spectacle des pieds féminins et des vélos graciles.

Je regardais les pieds des femmes. Non pas à la façon de Charles Denner (que j’aime beaucoup, et dont j’aime beaucoup le personnage ; et dont j’ai tout récemment découvert qu’il avait la même voix que Vladimir Jankélévitch) – non pas à la façon de Charles Denner dans L’homme qui aimait les femmes. Il y avait forcément une dimension érotique dans mon regard (comment pourrait-il ne pas y en avoir ?) mais ce n’est pas elle qui me guidait. J’étais fasciné par la beauté esthétique de la sandale, par le génie qui s’exprimait dans cet entrelacs épuré de cuir, de cordes, de brides, de lanières, qui arrivait à faire du pied quelque chose de sublime. Voici – comme les bols, les vases, les peignes et d’autres choses encore – un objet jailli du fond des âges et dans l’extraordinaire beauté et simplicité duquel s’exprime la quintessence (comme on dit chez Walter Mitty) de la créativité humaine. 

Je regardais donc, s’agitant sur les trottoirs, les pieds embellis par les sandales, mais également, depuis le mien, les vélos qui passaient ou qui étaient garés. Et là encore, quel ravissement ! Que c’est beau, un vélo (beaucoup plus qu’un camion !), avec ses grandes roues reliées au moyeu par de fins rayons au travers desquels tout se voit, ce cadre tout simple, cette selle et ce guidon minimalistes : une machine magnifique, légère, gracile qui est, elle aussi, un sommet du génie humain. 

Alors je sais bien toutes les horreurs et tous les crimes qui se commettent, je sais tous les saccages et toutes les saloperies. Mais je suis bouleversé par la capacité de l’homme à faire le pire et simultanément le meilleur, par sa capacité à créer de telles merveilles.

Quand on perd confiance dans l’humanité (et l’occasion, hélas !, nous en est si souvent donnée), on peut, pour se rasséréner, regarder les sandales et les vélos. La créature qui a su concevoir cela n’est pas totalement indigne ; elle participe du divin.

 

 

11 réflexions au sujet de « Les sandales, les vélos et l’éminente dignité de l’homme »

    1. Aldor – Paris, France – Un Parisien qui blogue, Un deuxième improvise, Un troisième se promène, Un quatrième montre des images, Un cinquième écrit. Ce sont pourtant les mêmes : https://improvisations.fr, https://aldoror.fr, https://promenades.improvisations.fr, https://images.improvisations.fr, https://lignes.improvisations.fr, https://notes.improvisations.fr
      Aldor dit :

      Eh oui !

  1. Monaminga – Ecrire, échanger et partager, tels sont mes objectifs en venant ici. Intéressée par diverses choses, mes articles suivront le fil de ma pensée. Au plaisir d'échanger avec vous qui passerez par ici ;) Writing, exchanging and sharing. That's why I'm here. I like many things, so my article will go with the flow. Looking forward to connecting with you passerby ;)
    Monaminga dit :

    C’est très beau comme réflexion et c’est rafraîchissant. On parle toujours de choses très compliquées alors que le ravissement peut aussi bien venir de la simple contemplation de choses beaucoup plus simples telles des sandales, des pieds ou encore des vélos ! Bel été à vous !

    1. Aldor – Paris, France – Un Parisien qui blogue, Un deuxième improvise, Un troisième se promène, Un quatrième montre des images, Un cinquième écrit. Ce sont pourtant les mêmes : https://improvisations.fr, https://aldoror.fr, https://promenades.improvisations.fr, https://images.improvisations.fr, https://lignes.improvisations.fr, https://notes.improvisations.fr
      Aldor dit :

      Merci Monaminga.

  2. Je suis parfaitement d’accord avec toi si ce n’est sur un point : je crois qu’il y a très peu d’amour, de quelque forme que ce soit, dans le film L’homme qui aimait les femmes. C’est peut-être même l’histoire de l’incapacité à aimer.

    1. Aldor – Paris, France – Un Parisien qui blogue, Un deuxième improvise, Un troisième se promène, Un quatrième montre des images, Un cinquième écrit. Ce sont pourtant les mêmes : https://improvisations.fr, https://aldoror.fr, https://promenades.improvisations.fr, https://images.improvisations.fr, https://lignes.improvisations.fr, https://notes.improvisations.fr
      Aldor dit :

      Je suis d’accord avec toi, Joséphine. J’ai beaucoup de tendresse pour le personnage de Bertrand Morane mais il est malheureux et effectivement, ne sait pas aimer. Cela étant, qui le sait vraiment ?

  3. Ah les sandales ! C’est vrai qu’il y a quelque chose. Sinon moi je suis plutôt verre à moitié vide – que la créature qui sait envoyer Cassini sur Saturne ne soit pas foutue de se débrouiller un tout petit mieux sur cette Terre me coupe en deux.

    1. Aldor – Paris, France – Un Parisien qui blogue, Un deuxième improvise, Un troisième se promène, Un quatrième montre des images, Un cinquième écrit. Ce sont pourtant les mêmes : https://improvisations.fr, https://aldoror.fr, https://promenades.improvisations.fr, https://images.improvisations.fr, https://lignes.improvisations.fr, https://notes.improvisations.fr
      Aldor dit :

      Oui…

  4. emotionsdefemme – Narbonne - France – J'ai eu un parcours professionnel atypique. Architecte urbaniste, restauratrice puis cadre commerciale, j'ai été frappée par une maladie neurologique fin 2013 qui m'empèche de dormir. J'ai profité de ces nuits blanches pour recommencer à dessiner et à écrire des poèmes qui traduisent mes « Emotions de femme. »
    emotionsdefemme dit :

    Bien jolie réflexion qui fleure bon l’été et la douceur de l’émerveillement ! Merci Aldor.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.