Obéissance : le pouvoir du pouvoir

Written by Aldor

L’entreprise où je travaille prépare un trombinoscope, une sorte de galerie des portraits de ses collaborateurs et elle a fait circuler, dans cette perspective, un document, que chacun d’entre nous devait signer, s’il le souhaitait, l’autorisant à utiliser notre image.

Mais ce document était extrêmement large dans les droits donnés à l’entreprise qui non seulement pouvait utiliser gratuitement notre photo mis pouvait le faire pour vingt ans, dans le monde entier, sur tous les supports, et surtout de toutes les façons et pour tous usages : presse, affichage, publicité, avec possibilité d’associer notre image à toute image, tout discours, tout slogan.

Un certain nombre de personnes ont réagi assez fortement à ce document au sein de l’équipe où je travaille. Mais il semble que ça ait été loin d’être général : dans la plupart des cas, mes collègues ont accepté sans broncher de signer ce papier qui livrait leur photo au bon vouloir de l’entreprise.

Il est effrayant de constater à quel point nous sommes souvent obéissants, terriblement, horriblement obéissants, à l’égard des consignes que nous donne un pouvoir, à quel point notre premier mouvement est de lui obéir, par souci de ne pas déroger. Et je ne m’exclus nullement de cette description.

C’est un phénomène connu. On sait ce qui se passe dans les sombres périodes de l’histoire, quand la crainte, le souhait de ne pas être différent des autres, la peur de déplaire et une certaine lâcheté, conduisent beaucoup à tout accepter et à se comporter de la manière la plus vile. Mais il est extraordinaire de retrouver le même comportement quand rien n’est en jeu, que tout peut être fait, et qu’un “Non” n’emporte aucune conséquence sérieuse.

Je repensais à cela hier soir, tandis que je relisais Les habits neufs de l’Empereur, ce magnifique conte d’Andersen sur la vanité mais aussi la lâcheté, et que je réécoutais l’enregistrement que j’en avais fait, il y a quelques années, avec mes enfants.

Comments: 1

  1. Rebonjour,
    Il m’est arrivé un jour de promenade avec mes filles d’être scrutée par un photographe qui “levait” son objectif sur mes enfants…
    Je l’ai regardé et je lui est demandé poliment de cesser cette intrusion.
    En retour j’ai reçu le courroux d’un professionnel qui me reprochait de l’empêcher d’exercer son métier !
    Fabuleux…
    Je ne te cache pas que je n’ai pas laissé passer l’occasion de lui rappeler que tout de même il s’agissait de mes enfants et qu’en aucun cas au nom de l’intérêt général d’une vague campagne de publicité autour d’un évènement organisé par la commune, mec monsieur pouvait disposer de l’image de mes enfants.
    Parfois élever la voix, et défendre ses intérêts relève presque d’un acte politique, et dire “non” devient un acte de bravoure !
    Bonne continuation -Corinne-
    P.S :Au plaisir de te lire et de t’entendre
    J’ai découvert cette fonctionnalité grâce à toi, je voulais l’installer sur mon blog mais je ne savais pas que c’était possible.
    Je constate que cela existe, Merci!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.