La valeur des choses

https://improvisations.fr/wp-content/uploads/20190408valeur.mp3?_=1

C’est mon ami Rémy, dans ces longues discussions que nous avions, il y a bien longtemps, au retour du lycée, qui m’avait fait observer que, dans nos sociétés, nous étions prêts à payer très cher des choses accessoires : un gadget technologique, un bijou, une voiture, un voyage à l’autre bout du monde, mais étions en revanche très réticents à payer – et parfois à payer quoi que ce soit – pour des choses indispensables : des soins de santé, une eau pure, un environnement non dégradé ou – comme l’observe ce matin le Chat du pasteur, un accompagnement ecclésial (pour ceux qui le désirent).

Il y a plein de raisons qui justifient cela et certaines sont excellentes : l’Etat-providence, l’idée qu’il serait intolérable et profondément injuste que, face aux accidents de la vie, le pauvre soit pénalisé par sa pauvreté et le riche sauvé par sa richesse, le sentiment que ce qui est indispensable, il ne faut pas avoir à payer pour l’avoir; cela doit nous être donné.

Il n’empêche. Nous avons tellement pris l’habitude d’évaluer la valeur des choses au prix que nous sommes prêts à y mettre que le faible prix des choses indispensables peut parfois se retourner contre elles, comme les services publics gratuits, que certains considèrent du coup comme étant sans valeur : puisque c’est gratuit, ça ne vaut rien.

Tout cela est parfaitement compréhensible.

Peut-être faut-il, pour renouer le lien avec le monde, lui rendre sa vraie valeur, redonner son vrai prix à une nature intacte. Et peut-être est-ce là aussi un autre défi de la transition écologique.

3 réflexions au sujet de « La valeur des choses »

  1. Il n’y a pas si longtemps, j’entendais un écologiste convaincu et professionnellement en contact avec la dégradation de l’environnement dire qu’il faudrait donner un prix à la tonne de CO2 et à la tonne d’air respirable. Je suis heureux de m’en être éloigné !
    Merci, Aldor.

    1. Aldor – Paris, France – Un Parisien qui blogue, Un deuxième improvise, Un troisième se promène, Un quatrième montre des images, Un cinquième écrit. Ce sont pourtant les mêmes : https://improvisations.fr, https://aldoror.fr, https://promenades.improvisations.fr, https://images.improvisations.fr, https://lignes.improvisations.fr, https://notes.improvisations.fr
      Aldor dit :

      Ah ! Mais il n’est pas forcément idiot, Gilles, de donner un prix à la tonne d’air respirable – ce qui revient à faire payer la tonne de carbone…

  2. Joëlle – (Please keep on reading for details in English) Pendant trop longtemps, mon mari a été soigné pour de l'asthme, des allergies saissonnières, des yeux larmoyants et des migraines... jusqu'au jour où nous avons changé d'alimentation, éliminé gluten, produits laitiers et surtout tous les additifs, en particulier les sulfites. J'ai dû réinventer ma cuisine, ce qui m'a incité à faire ce blog où je partage les recettes qui fonctionnent pour nous. Bonne cuisine à tous! For too many years, my husband was treated for asthma, seasonal allergies, watery eyes and migraines... until we changed our diet, eliminating gluten, dairy products and most of all any type of additive, in particular sulfites. My cooking had to change, which in time pushed me to start this blog where I share the recipes that work for us. Happy healthy cooking everyone! Note: many of these recipes are now available on http://sulfitefreecooking.wordpress.com
    Joëlle dit :

    Bravo!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.