La déconvenue technologique


https://improvisations.fr/wp-content/uploads/20200410audio.mp3?_=1

Parmi les nombreuses déconvenues que recèle cette crise, il y a les déconvenues technologiques, dont une qui n’a rien de dramatique et que je trouve, au contraire, rassurante : celle des audioconférences, des conférences téléphoniques et, plus généralement, des réunions et cours à distance : les réunions et cours à distance, dès lors qu’on est plus que deux, c’est du pipeau ; ça ne marche pas.

Ça ne marche pas pour des raisons techniques : la bande passante est saturée en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, les coupures totales ou partielles sont incessantes ; la plupart des propos sont hachés et incompréhensibles ; lorsqu’on parle soi-même, on n’entend plus les autres et cette absence de feed-back est déstabilisante, transformant les dialogues, et a fortiori les discussions, en suites décousues et harassantes de monologues déliés les uns des autres.

Plus fondamentalement encore, le fait de ne pas entendre respirer, de ne pas voir les gestes et expressions de nos interlocuteurs, ou de ne les voir que un à un et non dans leur rassemblement, brise complètement la dynamique de l’échange collectif qui est ramené de force au monologue ou, dans le meilleur des cas, au dialogue. Et l’efficacité du cours ou de la réunion s’évanouit complètement : ce qu’il aurait fallu deux minutes pour saisir dans une vraie réunion ou un vrai cours nous échappent encore au bout d’une demi-heure de ces choses là.

Et nous nous rendons compte ainsi de l’irremplaçable richesse des vrais contacts humains qu’aucune technologie, aussi élaborée soit-elle, ne peut remplacer.

Les grands médias : radio, télévision, portent très bien les expressions monodirectionnelles ; le téléphone et les audio ou téléconférence sont d’excellents moyens de dialogue ; mais l’expression du collectif, qui est au principe même du cours ou de la réunion, paraît indissociable du contact physique qui est, très paradoxalement, indispensable à la circulation du souffle et de l’esprit.

Sans lieu commun, il n’y a pas d’idées communes.

 

 

 

Écrit par :

2 Comments

  1. 10 avril 2020
    Reply

    c’est tellement ça…….merci de l’exprimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.