“Mais ça n’est pas grave…”

https://improvisations.fr/wp-content/uploads/20220425grave.mp3

Dans ma découverte tardive et progressive des ressorts tortueux de l’âme, cet éclair soudain, et double, de lucidité et de compréhension :

Quand quelqu’un nous fait un reproche, appuyé sur une affirmation mensongère, assorti d’un : “Mais ça n’est pas grave…” prétendument généreux :

  • Le “Mais ça n’est pas grave” n’annule pas le reproche, et encore moins l’accusation ;
  • Et alors que ce “Mais ça n’est pas grave” prétend atténuer la faute que nous aurions commise, sa fonction réelle est de dédouaner notre interlocuteur de son propre mensonge, ou exagération, ou raisonnement fallacieux. Il est un marqueur de la gêne de notre interlocuteur qui, conscient de sa mauvaise foi, cherche dans la relativisation de la faute que nous aurions commise une façon de relativiser son propre mensonge et de diminuer sa mauvaise conscience : il nous accuse faussement mais comme il dit lui-même que ça n’est pas grave, c’est presque comme si il ne nous accusait pas.

S’il n’y avait pas mauvaise conscience et mensonge, à quoi rimerait en effet ce “Mais ça n’est pas grave” qui est évidemment faux puisque, en fait de non gravité, la faute que nous aurions commise obsède notre interlocuteur qui ne pense et ne parle que de cela, de cette chose qui ne serait prétendument pas grave ?

En fait, si l’accusation était fondée, la faute qui nous est reprochée serait grave et justement obsédante. Ce paradoxal “Mais ça n’est pas grave” n’a donc aucun rapport avec la prétendue faute ; il marque seulement que l’accusation est infondée, que notre accusateur le sait (ou du moins le sent, inconsciemment peut-être), et qu’il essaie d’atténuer la gravité de son propre mensonge en en diminuant la portée.

Combien de fois ai-je entendu cela dans la bouche de K. ; et dans la mienne aussi, j’en suis hélas bien certain !

Écrit par :

3 Comments

  1. 26 avril 2022
    Reply

    Bonjour, voilà une phrase que je prononce souvent pour mettre à l’aise mon interlocuteur lorsqu’il n’a pas pu être là comme prévu ou autre… Je ne l’ai jamais imaginé comme un reproche… Belle journée.

    • 26 avril 2022
      Reply

      Je parle seulement du “Mais ca n’est pas grave” dit après un reproche prononcé qui contient l’accusation d’une faute que notre interlocuteur aurait commise. Pas du “c’est pas grave” qu’on dit effectivement pour relativiser limportance d’une babiole ou d’une erreur. Ça ressemble beaucoup mais l’intention est radicalement différente.

Laisser un commentaire Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.