Étiquette : Katia

14 février 2024 / / Choses de la vie

La distinction, comme travail bien fait, ne consiste pas seulement à connaître les règles du savoir-vivre et les codes, mais à les connaître et les maîtriser assez pour savoir et pouvoir s’en affranchir. C’est ce qui la rend si élitiste et si difficile d’accès : il ne s’agit pas d’appliquer les règles mais de jouer avec elles, et ceux qui se contentent de faire ce qu’on leur dit jamais ne passeront la porte du paradis.

28 décembre 2023 / / Choses de la vie

En l’absence de partage, le plaisir de la liberté se dissout et file entre nos doigts ; il devient une sorte de fausse monnaie, de chose à jamais trompeuse et incomplète

3 décembre 2023 / / Façons d'être

Il y a une façon de rendre hommage aux gens, que nous pratiquons tous, je pense (du moins je sais que cela m’arrive) et qui est à la fois irritante et malvenue. C’est celle qui consiste à souligner non pas les qualités intrinsèques d’une personne ou de son œuvre mais la notoriété des hommes et des femmes qu’elle a côtoyées.

27 octobre 2023 / / Choses de la vie

Je crois que c’est pour son épaisseur, son hétérogénéité, son irréductible désordre, son mélange incessant de petites et grandes choses, de phénomènes célestes et de faits anecdotiques et ridicules ; pour son manque de sérieux et d’esprit de sérieux que la vie vaut d’être vécue.

28 septembre 2023 / / Choses de la vie

Je me dis parfois, de plus en plus souvent, qu’une promesse faite mais non tenue vaut mieux que l’absence de promesse ; et que celle-ci est plus souvent révélatrice de pusillanimité que de noblesse de coeur.

13 septembre 2023 / / On est peu de choses

Peut-être notre génie propre, notre capacité à représenter le monde, à le penser, à le rationaliser (et notre propension à l’instrumentaliser qui l’accompagne) découle-t-elle de cette angoisse, de cette panique première face aux choses, de ce renfermement initial de l’esprit sur lui-même pour éviter qu’il ne soit débordé. Et de là les dessins, les mots, les sciences et les arts.

6 septembre 2023 / / Façons d'être

Il y a, dans le balancement de la marche, une invitation constante à sentir, à penser, et parfois à rêver. Mais cette invitation diffère selon la marche, selon qu’on soit sur une route, un chemin ou un sentier : il y a, dans le rythme différent des pas, dans la maîtrise plus ou moins grande qu’on a de ce rythme, dans la confiance qu’il est plus ou moins nécessaire d’accorder à son corps plutôt qu’à son esprit, une variété d’états d’âme. Sur les grandes voies, l’esprit est militaire ; sur les sentiers, il danse comme un papillon.

8 août 2023 / / Choses de la vie

J’aimerais être Moravia pour écrire, ou Godart pour filmer L’ennui, qui serait le contrepoint du Mépris, l’histoire d’un couple où nul n’aurait rien à reprocher à l’autre, mais qui se déferait pourtant sous la lente et irrésistible morsure de l’ennui.

23 juillet 2023 / / Question

Il y a quelque chose de scandaleux et de révoltant dans le principe de l’absolution, lorsqu’elle est accordée à des femmes ou à des hommes qui ont commis le mal dans le passé. Mais il y aurait quelque chose de plus  scandaleux et révoltant encore à interdire qu’elle ne leur soit accordée. Car en définitive, face au présent, le passé ne pèse rien et c’est très bien ainsi.

6 juillet 2023 / / Façons d'être

Les êtres vivants, a dit je-ne-sais plus quel philosophe, physicien, ou biologiste, sont ces êtres qui savent transformer ce qu’ils mangent, boivent et respirent en leur propre substance : séquoia, lapin, femme, homme ou pâquerette. Mais il y a une lourde tendance des nourritures mentales et spirituelles les plus dégradées à devenir dégradantes pour celles et ceux qui les ingèrent et en font leur festin. Toutes leurs pensées et tous leurs actes finissent par être gangrenés par cette vilénie et cette bassesse qui deviennent leur substance et le centre de leur intérêt.