Vitesse

https://improvisations.fr/wp-content/uploads/20220726vitesse.mp3

Hier, retour du bureau à vélo. Je suis sur les quais, à Paris ; la voie se dégage devant moi ; je prends mon élan, accélère et file, grisé par la vitesse.

C’est amusant, ce plaisir qu’on prend à aller vite. Même quand on n’est pas un foudre de guerre (Katia peut en témoigner) ; et même quand la vitesse en question est en fait très réduite, comme c’est le cas à vélo ou en bateau à voile. : on aime malgré tout s’élancer, accélérer, sentir le vent et les embruns qui frappent le visage.

Objectivement, cela n’a aucune utilité : on gagne quelques dixièmes de seconde, quelques secondes peut-être, et pourquoi ? Mais on aime cela, cette griserie qui nous emporte.

Tandis que je m’enregistrais, ce matin improvisant mon propos, je me disais que cet amour de la vitesse était quelque chose de très sexuel. Alors que l’amour de la lenteur, des gestes réfléchis et contrôlés, était quant à lui de nature érotique.

A la réflexion, l’ivresse de la vitesse me paraît plus infantile, plus animale que sexuelle, mais c’est toujours le même élan vital, la même pulsion de vie, qui paraît y jouer, quand la recherche de la lenteur relève plutôt d’une sorte de sophistication, de plaisir plus adulte de la retenue.

Quoi qu’il en soi, cette ivresse nous emporte, nous ravit, nous entraîne : filant à la vitesse subluminique de 30 km/h, j’affichais le même sourire que celui capté sur le visage de Balthazar il y a quelques années.

La vitesse ; quel étrange plaisir : si simple, si authentique, si universel, si incompréhensible.

Écrit par :

2 Comments

  1. La vitesse c’est aussi cette sensation d’apesanteur, de légèreté ! Cette illusion d’être capable de voler. Comme si l’on déjouait les règles de la gravité terrestre. Illusion, bien sûr ! Mais… c’est grisant 🙂

  2. 1 août 2022
    Reply

    C’est remarquablement analysé.
    La vitesse, c’est la jeunesse. On fait tout à fond de ballon. Et puis on ralentit. Et un jour, on s’arrête.
    C’est le mouvement de tout objet propulsé dans ce monde de contraintes physiques, de frottement de l’air.
    Pour se donner une contenance, en vieillissant, on dit qu’on prend notre temps, et que les jeunes sont toujours trop pressés. Et pourtant, qu’est-ce que c’est grisant, la vitesse… 😉
    •.¸¸.•`•.¸¸☆

Laisser un commentaire Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.