Lafcadio et son carnet émotionnel

Il y a, dans Les caves du Vatican, d’André Gide, un personnage nommé ou prénommé Lafcadio, qui tient un petit carnet dans lequel il inscrit les émotions qui l’ont étreint et dont il veut, rétrospectivement, se punir.

Il note : “pour avoir pleuré devant Untel, un punta” ; “pour avoir souri avec X, deux punta”.

Il n’est peut-être pas inutile de s’inspirer de cet exemple…

Écrit par :

Un commentaire

  1. […] je me mords les lèvres à chaque fois que je le fais, marquant un « punto« , comme Lafcadio, dans le recoin secret de mon esprit où se dressent les […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.