Résister au désir de la petite vengeance

Written by Aldor

Arrive peut-être un jour où l’on a tellement progressé en sagesse, tellement grandi dans l’abnégation, qu’on ne se vexe plus, que l’on ne se sent plus blessé par des attitudes, des refus, des secrets, qu’on accepte tout avec ouverture, sérénité, joie sans ne plus ressentir aucune peine, chagrin, émotion.

En attendant ce jour, il m’arrive, quant à moi, parfois, d’être chagriné par des gestes ou des silences, peiné par des comportements, vexé par des paroles, déçu par des attitudes.

Ai-je raison ou tort de ressentir ces émotions ? Là n’est pas l’objet de mon propos. Ce qui importe, c’est que, les ressentant, à tort ou à raison, on a parfois tendance à vouloir exercer une petite vengeance, à vouloir causer une petite peine à la personne qui nous a peiné – et que telle est évidemment la chose à ne pas faire, même si une force quasi-réflexe nous y incite.

Il ne faut pas le faire pour une raison mineure qui est que c’est mesquin, que ces petites vengeances sont ridicules et risquent de nous entraîner dans des balancements ininterrompus d’actions et de réactions où la vie risque de s’épuiser dans la futilité, et que la meilleure chose àfaire est, le plus tôt possible, de calmer le jeu du balancier

Mais la raison la plus importante, la raison majeure, est autre. Elle est toute simplement’il faut, en toutes choses, viser à agir avec droiture, ce qui exclut évidemment qu’on agisse envers quelqu’un d’une façon qu’on pourrait regretter, dont on pourrait avoir honte ou remords.

Il faut donc s’abstenir de répliquer, de lancer des mesures de rétorsion, de se montrer désagréable, suspicieux ou rancunier, s’abstenir surtout de se comporter à l’égard de la personne qui nous a blessée comme elle s’est comportée, histoire de lui rendre la monnaie de sa pièce. Ce genre de monnaie ne doit pas se rendre.

Ça n’est pas toujours facile ; c’est souvent frustrant mais c’est certainement le chemin qu’il faut suivre.

En un autre temps et ailleurs, j’avais écris cela.

Laisser un commentaire