Il nous faut de la magie

https://improvisations.fr/wp-content/uploads/20220805magie.mp3

Il nous faut de la magie. Non pour nous rassurer, pour jeter un baume apaisant sur nos craintes et nos blessures ; mais au contraire pour nous troubler, pour semer le doute en nos esprits sûrs d’eux, de leur supériorité et de leur maîtrise des choses.

Il nous faut de la magie pour renaître à l’incertitude, pour mesurer, appréhender le caractère incontrôlable du monde.

Nous sommes fiers, à juste titre, de notre raison, de cette raison qui nous a permis de dominer le monde ; de l’exploiter en coupe réglée comme s’il était notre chose. Mais la raison n’est pas aussi forte, aussi juste, aussi invincible que nous le croyons. Les lois que nous avons écrites, nos beaux raisonnements et nos grandes théories finissent un jour ou l’autre par se cogner au mur de la réalité, de la nature, de l’imprévisible. Un grain de sable inattendu vient se nicher entre les rouages bien huilés de nos scénarios, grippant la machine et laissant jaillir le flux sauvage de la vie.

La magie est la personnification, la presque incarnation de cette nature libre et indomptée qu’on redécouvre dans les catastrophes et à chaque fois que les choses ne se passent pas comme on l’avait prévu. Elle revêt l’apparence du magicien, de la sorcière, de la prêtresse, de la fatalité ou du du fou du roi ; elle peut être hiératique ou maladroite ; elle est ce qui échappe toujours aux règles humaines et aux tentatives orgueilleuses et vaniteuses de réduire le monde à une construction rationnelle.

La magie est ce trouble-fête ou, a contrario, ce “merry wanderer of the night” qui vient à chaque fois déranger les plans trop lisses, trop bien léchés, que nous faisons sur la comète, à chaque fois rappeler que le monde n’est pas notre chose.

Et aujourd’hui plus que jamais, ce rappel est salutaire. Non pour que nous sombrions dans l’effroi mais pour que nous agissions avec circonspection, conscients des limites de nos forces et de notre raison.

Nous avons besoin d’irrationnel pour saisir le mystère du monde, pour appréhender ce qui, en lui, résiste à la raison.

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.