Pensée et action

Dans un petit livre, intitulé Remarques sur l’action, Bernard Grasset écrit :

“Agir, c’est à chaque minute dégager de l’enchevêtrement des faits et des circonstances la question simple qu’on peut résoudre à cet instant-là.”.

Cette façon de voir, à laquelle j’adhère aujourd’hui, m’a longtemps été étrangère. Mon éducation était en effet fondée sur l’idée d’une séparation nette entre la pensée et l’action, la première étant supérieure à la seconde.

C’est maintenant que je me rends compte de la fausseté de cette conception d’un monde coupé en deux : l’action n’est pas le contraire de la pensée ; elle est en la fille. Et sans action, la pensée est stérile.

 

Écrit par :

5 Comments

  1. […] n’est pas identique à hier. C’est, pour reprendre une formule de Bernard Grasset dont j’ai déjà parlé, savoir « dégager de enchevêtrement des faits et des circonstances la question simple […]

  2. […] pas identique à hier. C’est, pour reprendre une formule de Bernard Grasset dont j’ai déjà parlé, savoir « dégager de enchevêtrement des faits et des circonstances la question simple […]

  3. […] d’une simplification progressive ; c’est l’action, telle que décrite par Bernard Grasset, qui est la capacité d’extraire de l’enchevêtrement incompréhensible des choses le […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.