Abnégation : Etty Hillesum à Westerbork

Written by Aldor

Etty Hillesum, que je connaissais très peu jusqu’ici, et que j’ai découvert avec stupéfaction et passion, offre, avec son action dans le camp de Westerbork, un exemple extraordinaire d’abnégation.

En août 1943, moins d’un mois avant que sa famille et elle ne soient eux-mêmes déportés, elle travaille tout une nuit à réconforter, habiller, nourrir, aider des personnes qui ont été désignées pour partir dans un convoi.

Rédigeant sa lettre le lendemain alors que tout est fini, elle constate à quel point il est étrange que la compassion et l’instinct d’aide l’aient ainsi conduite à accompagner, adoucir, apaiser le voyage vers ce qui est très probablement la mort.

Elle s’en rend compte mais ne le regrette pas. Des raisons plus profondes l’ont guidée et l’on comprend que dans les circonstances dans lesquelles elle était, elle a jugé – elle a su – que c’était ce qu’il y avait de mieux à faire, que c’était ce qui devait être fait.

Et elle l’a fait sans hésitation, cela parut-il immoral ou complice des assassins. Et là est la totale abnégation.

Comments: 2

Laisser un commentaire