Fascination de la souffrance et perversion de l’amour

https://improvisations.fr/wp-content/uploads/20190118perversion.mp3?_=1

Simone Weil a écrit un petit texte intitulé L’amour de Dieu et le malheur, dans lequel on trouve le passage suivant :

Le malheur est une merveille de la technique divine. C’est un dispositif simple et ingénieux qui fait entrer dans l’âme d’une créature finie cette immensité de force aveugle, brutale, et froide. La distance infinie qui sépare Dieu de la créature se rassemble tout entière en un point pour percer une âme en son centre.

L’homme à qui pareille chose arrive n’a aucune part à cette opération. Il se débat comme un papillon qu’on épingle vivant sur un album. Mais il peut à travers l’horreur continuer à vouloir aimer. Il n’y a à cela aucune impossibilité, aucun obstacle, on pourrait presque dire aucune difficulté. Car la douleur la plus grande, tant qu’elle est en-deçà de l’évanouissement, ne touche pas à ce point de l’âme qui consent à une bonne orientation.


L’image du papillon épinglé vivant sur un album et se tordant de douleur se retrouve à divers endroits sous la plume de Simone Weil qui a, pour cette image et pour la souffrance de façon plus générale, une étrange fascination, une terrible attirance. Simone Weil ne se réduit heureusement pas à cette fascination morbide mais cette fascination est là, bien présente, qui traverse son oeuvre.

Cette fascination se retrouve dans une grande partie de l’iconographie et de la littérature chrétiennes (et à moindre degré dans bon nombre d’autres religions et sagesses). Je me souviens de cette cathédrale de Ségovie remplie de tableaux et de statues représentant les souffrances et les blessures du Christ avec un extraordinaire réalisme, comme si la Passion et la souffrance du corps étaient la vérité profonde du message évangélique.

Un Christ en croix dans la cathédrale de Ségovie


Il y a dans cette façon de voir et dépeindre les choses la tentation de ce que Maurice Bellet appelle le Dieu pervers. Une inversion du message qui conduit à oublier la joie pour ne garder que la repentance, à déconsidérer le plaisir pour exalter la douleur, à rejeter la lumière pour ne garder que l’ombre.

Pauvre Jésus qu’on transforme en Père Fouettard et dont on ne sait plus voir que les larmes et le sang, lui qui est venu pour libérer. Pauvre Christ qu’on nomme le Sauveur et dont on dit qu’il a mis fin au péché du monde mais qu’on présente pourtant inlassablement comme un créancier  qui réclamerait sa dette. Pauvre Dieu qui a prêché l’amour et dont on ne retient que la mort !

La mort au lieu de l’amour : ne pas rire, fuir ce qui est bon et doux, ne pas jouer, ne pas jouir, et ne garder de l’amour que ce qui est amer. Aimer, mais seulement ses ennemis ou ceux qui sont lointains car le vrai amour – celui qui se vit et se fait -serait un piège ou une ruse. Parler d’amour mais n’adorer qu’un cœur de pierre.

Quelle tristesse que ce retournement qui, depuis Augustin au moins, enfonce l’homme  dans la honte et transforme un message de libération en exigence de contrition.

Quelle tristesse que d’avoir perverti l’amour et sa simple évidence !

4 réflexions au sujet de « Fascination de la souffrance et perversion de l’amour »

  1. C’est-à-dire que l’amour n’est pas que jouissance et amusement (ou disons, bonheur), il réclame aussi des efforts et des sacrifices (ne serait-ce que les compromis nécessaires à une bonne entente) et puis il passe par des crises qu’il faut surmonter, des épreuves …

    1. Aldor – Paris, France – Un Parisien qui blogue, Un deuxième improvise, Un troisième se promène, Un quatrième montre des images, Un cinquième écrit. Ce sont pourtant les mêmes : https://improvisations.fr, https://aldoror.fr, https://promenades.improvisations.fr, https://images.improvisations.fr, https://lignes.improvisations.fr, https://notes.improvisations.fr
      Aldor dit :

      Tu as absolument raison, Marie-Anne. Et peut-être même l’amour se décèle-t-il à cela qu’on décide de surmonter les épreuves au lieu de tout envoyer balader comme il serait plus simple.

      … Je pense commencer à comprendre ce que tu veux dire : l’amour peut obliger à rentrer dans des profondeurs sombres, oui. Mais il n’est pas fascination pour la noirceur.

      1. Oui, c’est ce que je ressens … l’amour reste malgré tout une quête de bonheur (qui peut parfois mal tourner)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.